Vous êtes ici :   Archives départementales de Meurthe-et-Moselle  >    Espace du paléographe  >    Qu'est-ce que la paléographie ?  >  L'écriture française des XVe - XVIIIe siècles

L'écriture française des XVe - XVIIIe siècles

Échange entre les religieuses de la congrégation Notre-Dame à Dieuze et Jean Peltre, gruyer en la châtellenie de Dieuze, 5 janvier 1630 - H 2540
Échange entre les religieuses de la congrégation Notre-Dame à Dieuze et Jean Peltre, gruyer en la châtellenie de Dieuze, 5 janvier 1630 - H 2540

Dans l’ancien duché de Lorraine, certains textes du XVe siècle sont appropriés pour débuter l’initiation paléographique, avec leur écriture régulière et leurs abréviations presque “normalisées”.

Certes nous retrouvons quelques termes de l’époque nécessitant un recours aux dictionnaires adéquats, mais le tracé des lettres (ductus) à la plume d’oie - avec pleins et déliés - est assez régulier et les mots abrégés sont identifiables par une forme caractéristique (plus ou moins évidente) ou un tilde indiquant le manque d’une ou plusieurs lettres.

En premier lieu, il est impératif de référencer chaque document afin de le classer et de le retrouver. Pour les services d'archives, les documents sont référencés de la façon suivante : cote, folio et/ou numéro.

Quelques exemples :

  • B 835 n° 152
  • B 8861 f° 1 (ou fol. 1) pour le folio recto
  • B 8043 f° 23v (ou fol. 23v) pour le folio verso
  • H 2540 pièce n° 4

Quant aux transcriptions, elles sont littérales et intégrales (erreurs d’écriture comprises). L’idéal est un traitement de texte, car cet outil permet une relecture plus aisée et rapide, qui peut aider à combler les manques et à rendre intelligible le texte afin de l’interpréter.
Par ailleurs, un mot incertain ou non lu sera mis entre [ ], un mot doublé entre ( ).

Particularités :

  • w = g : wage pour gage (XVe siècle) ;
  • w = u : eawe pour eau (XV-XVIe siècles) ;
  • w = v : wuider pour vider (XVIe siècle) ;
  • Me = maître ou messire : dans l’incertitude, laisser en abrégé ;
  • les chiffres :
    • arabes (difficulté du 2, du 5 et du 8) ;
    • en lettres : exemple « six vingt francs » = 6 x 20 francs = 120 francs ;
    • romains 
Particularités des chiffres romains

Texte manuscrit

Signification

Nombre actuel

Transcription

XIIII

14

14

XIIII

XL

50 moins 10

40

XL

IIII XX

4 fois 20

80

IIIIXX

C ou I C

100 ou 1 fois 100

100

C

 V C

5 fois 100

500

VC

XVII C

17 fois 100

 1 700

XVIIC

II M

2 fois 1 000

2 000

IIM

  • le 15 novembre 1579, le duc Charles III promulgue une ordonnance précisant qu’en Lorraine l’année suivante commencera le 1er janvier 1580. Avant cette date, l’année débutait le 25 mars (Annonciation). Cela induit le vieux style (v. st.) pour les dates antérieures (comprises entre le 1er janvier et le 25 mars) et le nouveau style (n. st.) lorsqu’elles sont recalées.
    Exemple : un document portant la date du 10 février 1549 sera daté du 10 février 1550 n. st.

Transcription jusqu’en 1600

  • usage moderne pour la séparation des mots, les majuscules et la ponctuation ;
  • seul l’accent aigu est placé à la dernière lettre du mot ("a" et "ou" ne sont pas accentués) ;
  • différencier le "i" du "j" et le "u" du "v".


Transcription à partir de 1601

  • usage moderne, ponctuation comprise.

Recherche