Vous êtes ici :   Archives départementales de Meurthe-et-Moselle  >  Sur le front du chantier des collections

Sur le front du chantier des collections

Plans avant et après reconditionnement

Le chantier des collections se poursuit, aux archives départementales, avec célérité et de manière intensive, sur les trois sites de conservation des archives (Monnaie, Porte-Verte, Ludres). Ce chantier d’envergure, qui mobilise, à effectifs constants, l’ensemble de l’équipe pendant les trois jours de fermeture de la salle de lecture, a pour objet de préparer matériellement les 33 kml de documents afin qu’ils soient en état d’être déménagés. Ces opérations consistent, à la fois, dans le conditionnement en boîtes des liasses qui n’étaient protégées que par un simple chemisage, sur les rayons des magasins d’archives, et le reconditionnement des documents pourvus d’un conditionnement inadapté ou non conforme aux dimensions des pièces ou des règles de bonne conservation sanitaire de celles-ci. Rappelons en effet que l’acidification étant l’un des principaux périls qui menacent la pérennité des documents, avec un environnement thermo-hygrométrique défavorable, le conditionnement des archives avec des matériaux neutres s’impose, aussi bien pour les boîtes de conservation que pour les conditionnements intermédiaires (chemises, sous-chemises).

L’infinie diversité des archives, en termes de supports – du parchemin au calque et aux reproductions photomécaniques  -, de dimensions – de l’apostille au rouleau – ou de modes de conditionnement, nécessite de faire appel à une multiplicité de fournitures de conservation. Les interventions concernent de fait toutes les typologies de documents : double chemisage adapté et sanglage de registres, pochettes de plans conditionnées ou reconditionnées dans des portefeuilles rigides (tel a été le cas, notamment, des pochettes de plans du fonds de l’agence d’architecture André), mise à plat précautionneuse et rangement dans des boîtes neutres aux dimensions requises de la presse ancienne (jusqu’alors conditionnée pliée en simples liasses), chemisage et mise en boîtes neutres des liasses de minutes notariales, entre autres opérations. Les versements les plus anciens d’archives postérieures à 1940 (série W), parfois dépourvus du moindre conditionnement en boîte, ont exigé un traitement matériel d’envergure. L’encapsulage individualisé sous pochette neutre mélinex des documents iconographiques de grand format et des affiches, après leur mise à plat, est également à l’ordre du jour.

Ces travaux doivent souvent s’accompagner d’une cotation ou d’une recotation, partielle ou totale, pouvant imposer une reprise de l’instrument de recherche et, dans les cas de recotation, d’une table de concordance entre les anciennes et les nouvelles cotes. Ainsi, la sous-série 10 R (dommages de guerre de la Première Guerre mondiale) a fait l’objet d’une recotation intégrale respectant la logique intellectuelle du fonds et des procédures administratives qui y sont déclinées. Les versements du service de la navigation ont également été reclassés dans le respect du cadre règlementaire (sous-série 3 S avant 1940 et série W).

Ce travail au long cours et peu visible du public - même si, en salle de lecture, les boîtes neutres se substituent progressivement aux simples liasses – correspond pourtant à l’une des missions fondamentales des archives départementales : la conservation matérielle optimale et pérenne des fonds d’archives, publics ou privés, qui lui sont confiés.

Recherche